La position de la FSSCR sur les annonces récentes sur les modifications génétiques d’embryons humains à visée reproductive

La FSSCR a eu confirmation que le Dr. He vient d’annoncer publiquement, au cours d’un colloque scientifique qui se tient actuellement à Hong Kong, avoir réussi à modifier génétiquement le génome d’embryons humains à des fins reproductives*. Cette modification avait pour objectif de conférer aux embryons une résistance au virus HIV présent dans le sperme du père séropositif. Le protocole a abouti à la naissance de deux bébés.

– la modification du génome d’un embryon humain avant implantation dans l’utérus de la mère pose des risques très sérieux et inacceptables pour la santé des enfants issus d’une telle manipulation au regard de l’état de développement actuel des technologies d’édition du génome;

– l’utilisation de telles méthodes soulève bien évidemment des questions éthiques particulièrement sensibles en particulier quand de telles pratiques sont réalisées en dehors d’un consensus scientifique international;

– le choix de la cible (le gène CCR5 qui permet l’entrée du virus VIH dans les cellules) n’est pas une indication vitale pour protéger les enfants de l’infection par un parent porteur du VIH puisque d’autres technologies n’impliquant pas la modification du génome sont utilisables (telles que l’élimination du virus du sperme);

– la mutation du gène CCR5 peut induire des dommages collatéraux comme l’augmentation de la sensibilité à l’infection par le virus de West Nile.

Lors de la révision de la loi relative à la bioéthique qui a cours actuellement, la FSSCR a eu l’occasion de prendre position à plusieurs reprises en soutenant en particulier un encadrement éthique et réglementaire  de l’utilisation d’outils cellulaires et moléculaires sur les embryons humains.

*Pierre Savatier, chercheur à l’INSERM à l’Institut Cellule Souche et Cerveau à Lyon et membre du Conseil d’Administration de la FSSCR est présent à ce congrès et rédigera dans les prochains jours un document récapitulant les données scientifiques disponibles sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.